Love&Collect
Love&Collect
Love&Collect

Paintings

Drawings

Sculptures

Photographs

Books

Print

Multiples

Objects

Jewelry

Gifts

Peintures

Dessins

Sculptures

Photographies

Livres

Estampes

Multiples

Objets

Bijoux

Cadeaux

The only way

to get rid

of a temptation is

to yield do it.

Resist it, and your soul

grows sick

width longing for

the things

it has forbidden

to itself, with desire

for what its monstrous

laws have made

monstrous

and unlawful

Oscar Wilde

Le seul moyen

de se délivrer

d'un tentation,

c'est d'y céder.

Résistez

et votre âme

se rend malade

à force

de languir

ce qu'elle s'interdit

Oscar Wilde

Collection de l’Art Brut - F. Bruly Bouabré Collection de l’Art Brut - F. Bruly Bouabré Collection de l’Art Brut - F. Bruly Bouabré

12.04.2024

Collection de l’Art Brut

F. Bruly Bouabré

L'antique art africain

1982
Encre sur papier collé sur carton
Signé au dos
Daté et annoté en bas au centre
Titré en haut au centre
29,5 x 20 cm

Prix conseillé

8000 euros

Prix Love&Collect

5500 euros

Acheter
Acheter

Love&Collect

8, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
Du mardi au samedi
De 14h19h

+33 6 23 82 57 29

Inscrivez-vous

Contact

8, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
Du mardi au samedi
De 14h à 19h

collect@loveandcollect.com

+33 6 23 82 57 29

Love&Collect

Collection de l’Art Brut

F. Bruly Bouabré (1923-2014)

12.04.2024

F. Bruly Bouabré

L'antique art africain

1982
Encre sur papier collé sur carton
Signé au dos
Daté et annoté en bas au centre
Titré en haut au centre
29,5 x 20 cm

Prix conseillé

8000 euros

Prix Love&Collect

5500 euros

Collection de l’Art Brut - F. Bruly Bouabré Collection de l’Art Brut - F. Bruly Bouabré
Acheter

8, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
Du mardi au samedi
De 14h à 19h

collect@loveandcollect.com

+33 6 23 82 57 29

Love&Collect

Collection de l’Art Brut

Vous êtes-vous déjà rendu au Château de Beaulieu à Lausanne, cette demeure patricienne du dix-huitième siècle, qui a accueilli, à l’issue de trente ans de péripéties, la collection d’art brut réunie par Jean Dubuffet ? Constamment enrichi depuis, cet ensemble exceptionnel demeure la référence en la matière ; un important programme scientifique et culturel continue de porter haut les idéaux du peintre français, qui entreprit en Suisse son premier voyage de prospection, en 1945, et y noua rapidement des liens avec des artistes, écrivains et psychiatres, commençant d’y récolter des œuvres qui constituent le noyau de la collection aujourd’hui présentée au public.

Si le Foyer de l’Art Brut est constitué dans les sous-sols de la Galerie Drouin, à Paris en 1947, les œuvres y sont cependant présentées dans un esprit de confidentialité.

Les débuts de l’aventure sont relativement chaotiques, témoignant de luttes intellectuelles, mais aussi d’influence et de pouvoir. Mais en 1948, Jean Dubuffet fonde avec André Breton et Jean Paulhan notamment la Compagnie de l’Art Brut, qui s’établit dans un pavillon parisien prêté par l’éditeur Gaston Gallimard. Des artistes et des intellectuels, comme Jean Cocteau, Claude Lévi-Strauss, Henri Michaux, Francis Ponge, Tristan Tzara ou Joan Miró notamment, manifestent leur intérêt pour cette nouvelle typologie d’art que Dubuffet définit en ces termes, en 1949 dans L’Art Brut préféré aux arts culturels : Nous entendons par là des ouvrages exécutés par des personnes indemnes de culture artistiques, dans lesquels donc le mimétisme, contrairement à ce qui se passe chez les intellectuels, ait peu ou pas de part, de sorte que leurs auteurs y tirent tout (sujets, choix des matériaux mis en œuvre, moyens de transposition, rythmes, façons d’écritures, etc.) de leur propre fond et non pas des poncifs de l’art classique ou de l’art à la mode. Nous y assistons à l’opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l’entier de toutes ses phases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions. De l’art donc où se manifeste la seule fonction de l’invention, et non celles, constantes dans l’art culturel, du caméléon et du singe.

En 1951 cependant, la Compagnie est dissoute, et la collection est hébergée par le peintre Alfonso Ossorio à East Hampton, près de New York. L’exil américain dure plus de dix ans.

Une dizaine d’années plus tard, en 1962, Dubuffet rapatrie les œuvres à Paris ; le peintre Slavko Kopac exerce les fonctions de conservateur et d’archiviste de la Compagnie de l’Art Brut qui, reconstituée, opère comme centre d’études. Seuls y sont accueillis les visiteurs jugés vraiment intéressés. La collection augmente considérablement grâce à des recherches et à des dons.

En 1967, le Musée des Arts décoratifs présente dans une aile du Louvre une exposition regroupant sept cents œuvres de plus de soixante-dix artistes de la collection. Cependant, le projet de donation tourne court, et en 1971 Dubuffet fait don de l’ensemble de la collection d’Art Brut – riche de 5 000 œuvres – à la Ville de Lausanne. L’acte de donation est ratifié par les autorités un an plus tard, et la Collection montrée au public à compter de 1976 dans son bâtiment actuel.

Aujourd’hui encore, la Collection est divisée en deux parties, l’Art Brut chimiquement pur d’un côté, et de l’autre les représentants de la Neuve invention qui, comme Gaston Chaissac, Philippe Dereux ou Daniel Johnston, débordent de la définition – parfois jugée trop restrictive – imposée par Dubuffet. Ce dernier ensemble regroupe ainsi un ensemble d’œuvres subversives et inventives réalisées par des artistes qui, en porte à faux avec le milieu culturel régi par les galeries et musées, se démarquent de la création homologuée, notamment par les procédés stylistiques qu’ils mettent en œuvre, les matériaux qu’ils emploient ou leurs choix iconographiques. 

Preuve ou précipité de la grande ouverture et diversité des artistes qui y sont rassemblés, cette sélection consacrée à la Collection de l’Art Brut nous fait voyager dans les époques et les continents, à la rencontre d’artistes authentiques, seulement préoccupés de donner forme aux états de leur âme. 

Librairie
Vous souhaitez acheter cette œuvre
Merci de remplir ce formulaire :
Souscrire à la newsletter